ASBL BRAVVO
Bruxelles Avance Brussel Vooruit !

Accueil du site > FR > Nos services > Jeunesse et citoyenneté > Les éducateurs de rue

Les éducateurs de rue

But : Prendre en chargen dans les espaces publics, les problématiques difficilement abordables par les structures existantes.

Qui : En priorité les publics en situation de rupture sociale (scolaire, familiale, sans papier, phénomène de bandes, etc.) non pris en charge par les structures traditionnelles.

Comment : Au départ d’un local situé dans le quartier, le travailleur social de rue travaille avec toute personne sur l’espace public, à la demande de l’usager ou en fonction d’une problématique situationnelle qui nécessite un travail social de première ligne. Il participe également à la dynamique de quartier.

Contact :
Nordine Amrani, coordinateur adjoint 02/279.

Le dispositif des éducateurs de rue permet la prise en charge de problématiques (incivilités, violence, sans abrisme, assuétudes, prédélinquance, etc.) difficilement abordables par les structures existantes en les abordant sur le terrain de leur expression, c’est-à-dire les espaces publics.

En 2013, six éducateurs de rue travaillaient par binômes dans les quartiers des Marolles, de Laeken Nord et de Laeken Centre, rejoints par un septième éucateur dans le quartier Annessens-Senne. Ce dernier cible plus particulièrement son travail sur les questions des assuétudes et de l’insertion socioprofessionnelle (ISP) – deux problématiques centrales dans le quartier reliant la place Annesseens et la Bourse à Rempart des moines. C’est ainsi que l’éducateur de rue participe également à la dynamique du quartier où il opère. Ce dispositif est en outre soutenu par une coordinatrice et une coordinatrice adjointe.

[*
Publics*]
L’éducateur de rue travaille avec toute personne sur l’espace public défini comme son espace de travail, à la demande de l’usager ou en fonction d’une problématique situationnelle qui nécessite un travail social de première ligne. Ce travailleur social vise en particulier les publics en situation de rupture sociale (scolaire, familiale, sans papier, phénomène de bandes, etc.) qui ne sont pas pris en charge par les structures traditionnelles.
[*
Permanences*]
Chaque équipe dispose d’un local équipé situé au sein du quartier. Cela leur permet d’organiser des permanences régulières et de mener les actions d’accompagnement et de soutien dans les différentes démarches de réalisation des projets de vie, notamment auprès de jeunes en quête d’une école, d’une formation ou d’un job étudiant. Au besoin, des permanences sont également organisées en rue.
[*
Partenariats et situations de crise*]
En 2012, les éducateurs de rue sont entrés en contact ou ont suivi avec plus de 500 personnes. L’accompagnement individuel se réalise en complémentarité avec les structures existantes dans et hors de l’asbl Bravvo : AMO, médiation, aide à la jeunesse, aide juridique, CPAS, infirmières de rue, Samu Social…. Par exemple, le service a développé des collaborations avec l’asbl Transit autour de projets de réduction des risques.
En outre, les éducateurs de rue sont régulièrement amenés à gérer des situations de crise particulières. Ce fut le cas, en 2012, avec la présence des Roms à la Gare du Nord, l’accueil des MENA dans les Marolles, et le plan hivernal.

[*
Projets collectifs*]
En certaines occasions, l’écoute du public sur son lieu de vie, l’analyse et l’identification de ses centres d’intérêts conduisent également à l’émergence de projets plus collectifs. Des projets d’animation peuvent être proposés ou soutenus. Ces projets permettent d’entrer en contact et en confiance avec les groupes ciblés, et plus largement, de développer une citoyenneté active qui tienne compte des règles comme outils d’intégration et de construction positive de l’individu (projet de vie).
Exemples de soutien aux activités collectives en lien avec les demandes du public :
Marolles : mise en place d’un projet artistique autour du graffiti, en collaboration avec le service Propreté de la Ville de Bruxelles, comme outil d’accroche d’un groupe de jeunes de la Querelle (16-20 ans)
Laeken centre : projet « Carrefour de vie » par la mise en autonomie du groupe minifoot vers la constitution d’une asbl géré par les jeunes
[*

Réflexion*]
Depuis plusieurs années, les éducateurs de rue mènent une réflexion à propos de leur métier, au sein de la plate-forme des coordinateurs du travail social de rue initiée par le Forum Belge pour la Sécurité et la Prévention Urbaine. Ils ont ainsi contribué à la rédaction d’un recueil de pratiques sur le travail social de rue (« Carnet de Recommandations : statut et spécificités du travail social de rue en prévention sociale »).

x
| | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Logiciels | |Legal | Urgences | Services de garde |