ASBL BRAVVO
Bruxelles Avance Brussel Vooruit !

Accueil du site > FR > Nos services > Jeunesse et citoyenneté > Questions-réponses sur les centres de jeunes

Questions-réponses sur les centres de jeunes

Visant principalement les 12 à 18 ans, les centres de jeunes cherchent à mettre en place des groupes mixtes en termes de genre, de milieu social, d’âge et d’origine culturelle.

Quel public cible ?

Le public cible des centres de jeunes est principalement composé de garçons et filles de 12 à 18 ans. Par contre, un centre communautaire tel qu’Oasis, à Laeken, s’adresse autant aux enfants qu’aux adolescents et aux adultes du quartier.

Quels objectifs ?

Tout au long de l’année, les centres proposent des activités pédagogiques, socioculturelles, créatives et sportives ainsi que des camps. L’objectif consiste notamment à travailler la dynamique de groupe à travers le respect et la solidarité. La « citoyenneté active » sert de fil conducteur dans la mise en œuvre des projets qui doivent intégrer au moins l’un de ses quatre objectifs spécifiques :

  • l’autonomisation
  • l’émancipation
  • la responsabilisation
  • la participation

Quelles valeurs ?
Outre ces quatre points cardinaux, les activités menées dans les centres de jeunes mettent en pratique plusieurs valeurs essentielles, y compris pour les animateurs :

  • la responsabilisation et le respect : les centres sont des lieux où les jeunes apprennent à vivre en société à travers des règles, des valeurs et un regard critique
  • l’ouverture à l’autre qui se traduit par une plus grande ouverture culturelle, géographique, relationnelle, etc.
  • la participation des jeunes à la vie du centre : les jeunes sont incités à s’impliquer dans la vie des centres, sur un modèle participatif et démocratique des jeunes
  • le respect de la déontologie : le respect strict du secret professionnel des collaborateurs dans le cadre des missions de prévention sociale et dans l’intérêt du jeune
  • la transversalité : la mise en œuvre de collaborations multidisciplinaires au sein de BRAVVO (accrochage scolaire, éducateur de rue, médiateur local, médiateur social, gardien de la paix, animateurs,…) comme dans le secteur associatif et institutionnel (échanges de bonnes pratiques, gestion de crise).

Quelle est la pédagogie de projet ?
A l’occasion d’un projet artistique, d’autofinancement, de découverte sportive, culturelle, humanitaire ou citoyen, les animateurs transmettent aux jeunes des compétences (savoirs être et savoirs faire), des connaissances et des repères, qui leur serviront dans leur vie quotidienne, et leur permettront de devenir des citoyens responsables, actifs, critiques et solidaires.

C’est pourquoi les projets ne naissent pas n’importe comment. Qu’ils soient proposés par les jeunes ou par l’équipe d’animation, ils doivent répondre à différents critères :

  • répondre à un besoin : l’équipe d’animation réalise un diagnostic des besoins des jeunes, en se fondant sur l’observation, la connaissance des jeunes et/ou un diagnostic posé par d’autres services ou partenaires. Le besoin doit être ensuite objectivé par d’autres sources comme une analyse documentaire ou statistique ou encore des questionnaire-enquêtes administrés aux jeunes ou aux habitants.
  • être décrit précisément : le livre de bord doit cibler précisément le public du projet, expliquer ses différentes étapes, etc.
  • décliner des objectifs et indicateurs SMART à court, moyen et long terme
  • prévoir des évaluations d’étape, et pour chacune d’elle, une programmation des résultats attendus ;
  • être suivi de manière étroite par le porteur du projet, l’équipe et la coordination pédagogique de l’axe (outil du carnet de bord, évaluations d’étape) ;
  • être évalué pendant et à la fin du projet. L’évaluation ne doit pas seulement décrire les actions menées, mais analyser son déroulement et évaluer son impact auprès du public cible et des bénéficiaires secondaires.

Pourquoi du soutien scolaire ?

Les jeunes qui forment le public cible des centres de jeunes rencontrent souvent des difficultés scolaires et souffrent d’un manque de projection en terme d’avenir professionnel. C’est pourquoi les ateliers de soutien scolaire sont désormais généralisés à tous les centres de jeunes de Bravvo.
Jusqu’à récemment, ces ateliers offraient essentiellement une aide aux devoirs : les jeunes y venaient en sortant de l’école, et bénéficiaient d’un soutien pour réaliser leurs devoirs du lendemain. Mais en 2011, un projet rentré dans le cadre du subside de Cohésion Sociale a permis de généraliser et de professionnaliser ces ateliers, de plusieurs manières :

  • formation des référents de soutien scolaire (formation en gestion mentale, rencontre de partenaires ayant une expérience dans le soutien scolaire)
  • engagement de prestataires, étudiants en master, pour donner des cours de remédiation dans des matières précises : français, néerlandais, maths-sciences
  • au centre de jeunes Loco-Motive, grâce à l’obtention d’un subside contrat de quartier Masui, engagement d’une accompagnatrice pédagogique chargée de travailler plus spécifiquement les méthodes d’apprentissage et les savoir-faire et savoir-être non scolaires.
x
| | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Logiciels | |Legal | Urgences | Services de garde |